Rôles et missions à l'Assemblée Nationale


Un travail à deux aspects fondamentaux

Elu député le 17 juin 2012, c’est avec fierté et conscience de la lourde responsabilité qui est désormais la mienne, que j’ai accueilli ce nouveau mandat. Avec fierté tout d’abord, parce que je suis heureux de pouvoir défendre l’intérêt des Français au sein du parlement. Avec gravité ensuite, car je sais combien les attentes sont nombreuses.

A l’Assemblée Nationale, mon travail de député a deux aspects fondamentaux.


Le premier consiste à voter la loi, l’améliorer par le biais d’amendements ou d’être à son initiative à travers des propositions de lois, qui permettent de mettre en avant un problème particulier ou de réformer les textes législatifs en vigueur.


Le second aspect constitue le contrôle de l’action du Gouvernement. Il est ainsi possible d’interroger directement les ministres, soit oralement lors de séances dans l’Hémicycle, soit par écrit pour obtenir une réponse publiée au Journal Officiel.


De plus, je travaille particulièrement sur certains dossiers :

Je suis membre de la Commission des Affaires Economiques.


Cette commission a été créée le 1er juillet 2009, ses domaines de compétences sont vastes : agriculture et pêche, énergie et industries, recherche appliquée et innovation, consommation, commerce intérieur et extérieur, postes et communications électroniques, tourisme, urbanisme et logement. En tant que membre de cette commission, je suis amené à auditionner régulièrement des acteurs économiques et à intervenir sur ces sujets.


Je fais partie de groupes d’amitié avec la Chine, le Mali et le Maroc.


Les groupes d’amitié de l’Assemblée nationale regroupent les députés portant un intérêt particulier pour un pays étranger. Leur but premier est de tisser des liens entre parlementaires français et étrangers ; ils sont également des acteurs de la politique étrangère de la France et des instruments du rayonnement international de l’Assemblée nationale.



Je suis membre du groupe de travail parlementaire sur la réforme de la Politique Agricole Commune (PAC).


Conscient que l’Union Européenne a un rôle primordial à jouer sur l’agriculture, je souhaitais pouvoir m’associer à ce projet de réforme pour concilier les impératifs européens et les enjeux locaux.


J’ai rejoint le Comité de liaison scientifique et technique des pêches maritimes et de l’aquaculture


Ce comité de liaison est un organisme extraparlementaire qui se réunit pour rapprocher les points de vue des marins-pêcheurs, des scientifiques et des différents acteurs concernés sur les activités de production animale ou végétale en milieu aquatique.


Conclusion


Mon travail au sein de l’Assemblée Nationale est très prenant mais passionnant, je m’y consacre avec ardeur.


Vous pouvez me joindre en consultant la rubrique Me contacter